Les 150 ans de la mort de François-Joseph Fétis

Hugo Rodriguez

Friday, March 26, 2021

Nous avons reçu les informations suivantes de Hugo Rodriguez (KBR - Bibliothèque royale de Belgique - Koninklijke Bibliotheek van België).

Les 150 ans de la mort de François-Joseph Fétis

En cette année 2021, la Belgique et le monde musical commémorent les 150 ans de la mort de François-Joseph Fétis (25 mars 1784 – 26 mars 1871). Figure majeure de la vie musicale en Europe au XIXe siècle, Fétis était un homme universel qui a marqué de son empreinte chaque facette de cette vie musicale.

Homme de terrain incontournable

Né à Mons, Fétis fait ses études au Conservatoire de Paris. Il en est le bibliothécaire et le professeur de contrepoint, avant de devenir, en 1833 et cela jusqu’à sa mort, le premier directeur du Conservatoire de Bruxelles, cumulant cette charge avec celle de maître de chapelle du roi Léopold Ier.

Outre ses activités de professeur et d’administrateur, Fétis fonde en 1827 la Revue musicale (future Revue et Gazette Musicale de Paris), l’un des principaux journaux consacrés à la musique. Il organise en 1832 parmi les premiers concerts historiques. Il s’agit de concerts-conférences à thème consacrés à la redécouverte de la musique du passé, une pratique devenue courante aujourd’hui. Fétis est aussi un organiste de talent et le compositeur de nombreuses œuvres dans divers genres (opéras, musique sacrée, musique symphonique, musique de chambre, etc.).

Musicologue de premier plan

Fétis est également connu comme un musicologue de premier plan. Il contribue activement à faire de la musicologie une science à part entière. Ses travaux touchent à tous les aspects du fait musical: histoire de la musique (avec son chef d’œuvre, la Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, 1ère édition 1835-1844, 2e édition 1860-1865, 8 volumes), théorie et analyse musicales (Traité complet de la théorie et de la pratique de l’harmonie, 1844), vulgarisation (La musique mise à la portée de tout le monde, 1830), philologie (en particulier concernant la musique médiévale), organologie, pédagogie, ethnomusicologie, critique musicale, esthétique, etc.

Fétis nous laisse également une volumineuse correspondance (F-J Fétis, Correspondance, éd. Robert Wangermée, Sprimont, Mardaga, 2006). Ses lettres témoignent de la richesse et de la fécondité de ses échanges intellectuels avec de nombreuses personnalités de son temps.

La collection Fétis

Tant par nécessité que par goût, Fétis est l’un des plus importants collectionneurs de son époque. Sa collection d’instruments de musique est aujourd’hui conservée au Musée des Instruments de Musique de Bruxelles (MIM). Les collections qu’il acquiert en tant que directeur du Conservatoire de Bruxelles s’y trouvent toujours, notamment la célèbre collection Westphal, qui contient des centaines de manuscrits de C.P.E. Bach et de Telemann.

La bibliothèque personnelle de Fétis, patiemment réunie au cours de sa longue vie, a été achetée par l’État belge en 1872. Elle est aujourd’hui conservée à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR) dans le fonds Fétis (FR, NL). Riche de près de 8.000 ouvrages anciens, elle est de renommée internationale. On y trouve des manuscrits (dont certains autographes, comme celui des Pièces pour la luth de J.S. Bach), des éditions imprimées anciennes, des catalogues d’éditeurs de musique ou encore des ouvrages théoriques. Le catalogue du fonds Fétis a été édité en 1877 (Catalogue de la bibliothèque de F. J. Fétis acquise par l’État belge, Bruxelles, C. Muquardt, réimpression chez Forni Editore en 1969).

Accès numérique à la collection et actualité

Plus d’un millier d’ouvrages du fonds Fétis de la Bibliothèque royale de Belgique sont aujourd’hui numérisés et accessibles via le catalogue en ligne ou via le portail Belgica. Ces pièces sont aussi décrites dans le RISM. Un lien permet de relier les deux descriptions.

SPlusieurs événements auront lieu en 2021 pour commémorer les 150 ans de la mort de Fétis. On citera un concert historique, clin d’œil aux concerts historiques de Fétis lui-même, qui aura lieu à Tokyo le 30 mars 2021. Le programme sera consacré au répertoire allant de la fin du XVIIIe siècle aux années 1830. La conférence introductive sera assurée par la Professeure Chikako Osako (Hiroshima Bunka Gakuen University), qui a consacré sa thèse de doctorat à Fétis et qui est membre du Laboratoire de Musicologie (LaM) de l’Université libre de Bruxelles. Outre des œuvres de Rousseau, Beethoven, Ries et Albrechtsberger, on pourra y entendre le Grand duo pour piano et violon de Fétis (Carli, 1821).

Image: Portrait de Fétis, par Charles Baugniet, Galerie de portraits d’artistes musiciens du Royaume de Belgique. Disponible en ligne.

Share Tweet Email

Topics

Copyright

All news entries are by the RISM Central Office staff unless otherwise noted. Reuse of RISM’s own texts is permitted under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International License—though please note that image credits and permissions are usually separate and noted at the bottom of each post. If authorship is attributed to someone else (indicated at the start of an entry and/or by a name following the word “Contact”), please contact the individual authors.

CC_license